Stagecoach 15740 KX61 DKV
Dinan (Côtes-d'Armor)
Canada 2 North: Routing to Calgary
Stagecoach Midlands ADL Enviro 200 37052 YY63 YPT unusually on route 16 to Ecton Brook
Stagecoach 34823 KX06 JYU

RAPPEL

Les trajets du domicile vers le lieu de travail ou d’enseignement et les trajets professionnels représentent environ 40 % des déplacements ; c'est pourquoi une des prescriptions de la LOTI (loi d’orientation des transports intérieurs) pour les PDU, renforcée ensuite par la loi sur l’air et la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) , porte sur « l'encouragement pour les entreprises et les collectivités locales à établir un plan de mobilité et à favoriser le transport de leur personnel par l'utilisation des transports collectifs et du covoiturage ».

 

De plus, l’autorité de transport doit mettre en place un service d’information ultimodale et un service de conseil en mobilité. En outre, tout employeur, hors Ile-de-France, peut prendre en charge tout ou partie de l’abonnement domicile-travail de ses salariés.


 

Ce management de la mobilité auprès des employeurs et gestionnaires de sites est devenu un réel challenge. Des entreprises pionnières mettent aujourd'hui en œuvre leur plan de déplacement et rencontrent les stratégies, notamment immobilières, de leurs partenaires.

 

 

Mais au fait c'est quoi un plan de mobilité, PDU ou PDE ?

Un plan de mobilité, ou "Plan de Déplacement d'Entreprise", est une démarche permettant, au sein d'une entreprise, d'une collectivité ou d'une administration, de favoriser l'usage des modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle (transports collectifs, vélo, marche à pied, covoiturage …), et de rationaliser les déplacements liés au travail (domicile-travail, déplacements professionnels, visites …).

 

La démarche consiste à évaluer les coûts d'usage et les temps d'accessibilité au site de l'entreprise, selon le mode de déplacement utilisé et la qualité des dessertes, pour les salariés, les fournisseurs et les clients.

Cet état des lieux permet de sensibiliser chacun aux potentialités actuelles d'utilisation des différents modes de transports. Le plan de mobilité consistera ensuite :

 

  • à mettre en œuvre, en concertation avec les utilisateurs du site, avec les autorités responsables de la voirie, des transports collectifs etc…, des moyens permettant de développer l'usage des modes alternatifs,
  • à mettre en œuvre en interne des solutions incitatives auprès des employés, des actions de communication, à développer du covoiturage, …

( SUITE…)


LA LETTRE DU GART

PDU : des objectifs ambitieux

 

La moitié des agglomérations françaises a déjà finalisé son PDU. Six agglomérations l'ont approuvé (Lyon, Orléans, Rouen, Saint-Étienne, Grenoble et Bordeaux). Vingt-neuf l'ont arrêté, une vingtaine d'autres devrait le faire prochainement. Mais, malgré le retard pris par quelques unes, les PDU sont, parmi les différents plans prévus par la loi sur l'air (PPA, PRQA), les plus avancés.
Un retard certes, mais qui peut s'expliquer par l'excellent travail de fond et de forme réalisé par les autorités organisatrices en charge de l'élaboration des PDU. La concertation avec les différents acteurs et le public, phase longue et d'une organisation complexe, a été rondement menée, et surtout, les six orientations des PDU, définies dans la loi sur l'air, sont globalement respectées, comme le montre l'analyse des 27 premiers plans réalisée par le Comité de suivi GART-CERTU.
La plupart des PDU affichent ainsi des objectifs de réduction de la part modale de la voiture d'ici cinq ou dix ans, dans des proportions allant de 4 à 8 points. Parallèlement, ils visent une augmentation de la part modale des transports collectifs, de 2 à 6 % en dix ans, grâce à un renforcement sans précédent de l'offre, à l'amélioration de la qualité de service, au développement de l'attractivité des réseaux. (lire la suite)

 

3PRECEDENT                                                                            SUIVANT 4